Vous êtes ici

Festival de l'imaginaire

Scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain et à leurs formes d’expression les moins connues ou les plus rares

Réalisé avec l’appui de partenaires nationaux et internationaux, le Festival de l’Imaginaire offre une scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain, dans l’envie de partager avec le public l’étonnante richesse des formes d’expression de l'humanité. Une rare occasion de découvrir grands maîtres de la tradition et jeunes artistes dans les domaines de la musique, de la danse et des performances rituelles.

Rencontres et ateliers autour de la programmation permettent de s’adresser à tous les publics. Colloques, tables rondes et conférences interrogent nos repères et élargissent notre vision du monde.

La billetterie du 23e Festival de l'imaginaire est ouverte !

Nos sites internet étant en cours de refonte, le programme du 23e Festival de l'Imaginaire est accessible sur www.festivaldelimaginaire.com ou en feuilletant la brochure ici.

Comment acheter vos places ?

  • via l'interface ci-dessous 
  • par téléphone au 01 45 44 72 30 du lundi au vendredi de 14h à 18h 
  • auprès des magasins FNAC, Carrefour et Géant au 08 92 68 36 22 (0,40 €/min)
  • au guichet le jour même (Musée du quai Branly-Jacques Chirac, Théâtre de la Ville - Espace Cardin, Théâtre de l'Alliance française, Institut du monde arabe, Sainte-Chapelle, la Marbrerie, Théâtre Berthelot - Jean Guerrin, Théâtre du Garde-Chasse, Théâtre équestre Zingaro)
  • par correspondance à l'aide du bulletin de location à télécharger ici, à remplir et retourner au moins 8 jours avant la date du premier spectacle choisi accompagné d'un chèque du montant total de votre commande à Maison des Cultures du Monde 2 rue des Bénédictins 35500 Vitré
  • directement auprès des lieux partenaires pour tous les spectacles ne figurant pas dans la liste ci-dessous

 

 22e Festival de l'Imaginaire : Retour en images

 Consultez, ci-dessous, la programmation et les archives du Festival jusqu'en 2002. 

Les manifestations sont classées par ordre déchronologique.

• Colombie
13 et 14 avril 2005

Orlando Cholo Valderrama

> Chant des llaneros

Les Llanos, vaste région de plaines et de savanes s'étendent en Colombie et au Vénézuela au nord et à l'ouest de l'Orénoque. Leur lisière sud se fond dans la jungle amazonienne. Avant l'arrivée des Espagnols au milieu du XVIe siècle, les Llanos étaient habités par des tribus d'Amérindiens. Aujourd'hui c'est une population de mestizos qui partage avec les jaguars, les pumas, les anacondas et les caïmans quelques espaces de cette terre encore sauvage dans sa quasi totalité.


• Espagne
13 avril 2005

Ensemble Alia Mvsica

> Chants liturgiques monodiques et polyphoniques de l'Espagne médiévale

Fondé en 1985, l'ensemble Alia Mvsica se consacre aux traditions musicales juive et chrétienne de l'Espagne médiévale qu'il interprète avec une suprême élégance. Animé par Miguel Sánchez, l'ensemble Alia Mvsica a su imposer, avec la plus haute exigence, un mélange de séduction sonore et de hiératisme. Ce sera son premier concert à Paris.


• Pérou
11 et 12 avril 2005

Violons et harpe de Cuzco

> avec la Familia Pillco

Qui ne se souvient de ces petits orchestres de réfugiés politiques qui fleurissaient un peu partout en Europe pendant la sombre période des dictatures latino-américaines ? Tout droit sortis d'un album d'Hergé, avec leurs ponchos bariolés et leurs bonnets à oreillettes, ces groupes mêlant des musiciens de toutes origines latino-américaines promouvaient une musique « authentiquement » andine à grand renfort de sicuri, kenas et charangos. Mais voilà, dans les villes de montagne soumises par des conquistadores rapaces et des jésuites mélomanes, qu'en est-il de « l'authenticité musicale ? » Toute différente est la démarche de la Familia Pillco qui, depuis plus d'un siècle, se transmet le patrimoine de Cuzco et le joue à l'occasion des fêtes profanes et religieuses.


• Indonésie
Du 7 au 10 avril 2005

Le Calonarong de Bali

> avec I Made Djimat et sa troupe

En juillet 2003, I Made Djimat, un des danseurs les plus connus de l'île de Bali, sinon le plus grand, écrit une lettre à Chérif Khaznadar. « .Au cours de l'année 1987, nous avons fait l'expérience d'un premier spectacle Calonarong, présenté en France à la Maison des Cultures du Monde. Nous avons constaté que ce genre de dramatisation, pour garder sa signification et son ampleur, mériterait d'être présenté dans son intégrité et sa forme originelle. Ici, même à Bali, de nombreux malentendus persistent à propos du Calonarong. L'arrivée massive de touristes à partir des années 50 a fait que nous avons commencé à proposer (et je parle à travers le souvenir de mon père, danseur et peintre) aux étrangers, des formes réduites de nos expressions, à la fois désacralisées et mélangées, pensant alors qu'ils ne sauraient ni les comprendre ni apprécier leur contenu religieux.


• Europe centrale
5 et 6 avril 2005

Klezmer Chidesch

Musica Vitale est un concours auquel participent tous les ans à Berlin des artistes qui interprètent des musiques d'ailleurs. La Maison des Cultures du Monde y décerne un prix : une invitation au Festival de l'Imaginaire. L'ensemble Kazbek, Schnaftl Uffschik, Robert Zollitsch et IIIZ+, entre autres, ont fait partie de cette sélection. Cette année, j'ai choisi d'inviter Klezmer Chidesch.


• Maroc
3 avril 2005

Al-Andalus

> A la croisée des traditions musicales Françoise Atlan et l'Orchestre de Fès

Haut lieu de la culture médiévale, l'Andalousie connaît sous l'égide du pouvoir omeyyade (VIIe-XIe siècle) un grand essor artistique. Au IXe siècle, Ziryâb, musicien de Bagdad, est accueilli par l'émir de Cordoue. Il impose un nouveau genre musical, la nûba. Ainsi naît la musique araboandalouse, tradition classique du Maghreb. La communauté juive ne reste pas à l'écart et contribue à la préservation de cette musique, l'adaptant à une littérature originale mêlant l'espagnol, l'arabe et l'hébreu. Parallèlement, au XIIIe siècle, les cours chrétiennes du nord de l'Espagne intègrent peu à peu les innovations polyphoniques de l'Ars Antiqua, venues de France et d'Italie.


Pages