Vous êtes ici

Festival de l'imaginaire

Scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain et à leurs formes d’expression les moins connues ou les plus rares

Réalisé avec l’appui de partenaires nationaux et internationaux, le Festival de l’Imaginaire offre une scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain, dans l’envie de partager avec le public l’étonnante richesse des formes d’expression de l'humanité. Une rare occasion de découvrir grands maîtres de la tradition et jeunes artistes dans les domaines de la musique, de la danse et des performances rituelles.

Rencontres et ateliers autour de la programmation permettent de s’adresser à tous les publics. Colloques, tables rondes et conférences interrogent nos repères et élargissent notre vision du monde.

La billetterie du 23e Festival de l'imaginaire est ouverte !

Nos sites internet étant en cours de refonte, le programme du 23e Festival de l'Imaginaire est accessible sur www.festivaldelimaginaire.com ou en feuilletant la brochure ici.

Comment acheter vos places ?

  • via l'interface ci-dessous 
  • par téléphone au 01 45 44 72 30 du lundi au vendredi de 14h à 18h 
  • auprès des magasins FNAC, Carrefour et Géant au 08 92 68 36 22 (0,40 €/min)
  • au guichet le jour même (Musée du quai Branly-Jacques Chirac, Théâtre de la Ville - Espace Cardin, Théâtre de l'Alliance française, Institut du monde arabe, Sainte-Chapelle, la Marbrerie, Théâtre Berthelot - Jean Guerrin, Théâtre du Garde-Chasse, Théâtre équestre Zingaro)
  • par correspondance à l'aide du bulletin de location à télécharger ici, à remplir et retourner au moins 8 jours avant la date du premier spectacle choisi accompagné d'un chèque du montant total de votre commande à Maison des Cultures du Monde 2 rue des Bénédictins 35500 Vitré
  • directement auprès des lieux partenaires pour tous les spectacles ne figurant pas dans la liste ci-dessous

 

 22e Festival de l'Imaginaire : Retour en images

 Consultez, ci-dessous, la programmation et les archives du Festival jusqu'en 2002. 

Les manifestations sont classées par ordre déchronologique.

• Portugal
18 et 19 mars 2005

Maria Ana Bobone

> Fado

Expression emblématique du peuple portugais, le fado est apparu à Lisbonne, vers 1830. Lié à ses débuts aux « classes dangereuses », équivalent de nos apaches parisiens, il a gardé un parfum de soufre lié à cette saudade qui faisait écrire à Fernando Pessoa : « Le fado est la lassitude d'une âme intense, l'air de mépris avec lequel le Portugal considérait le Dieu en lequel il avait eu confiance mais qui l'avait abandonné. Dans le fado les dieux reviennent, sanctifiés et lointains. » La jeune génération des fadistas, généralement issue de milieux bien différents de ceux des premières fadistas, a cependant conservé cette intensité et cette âpreté des origines.


• Taiwan
Du 15 au 17 mars 2005

Musique et chants Hakka

> Chung-Yun-Hui Hakka Bayin

Les Hakkas, originaires du bassin du fleuve Jaune en Chine, émigrèrent vers le Sud par vagues successives afin de fuir les guerres et les famines. Une grande colonie s'installa ainsi à Taïwan au XVIIe siècle. Ayant gardé un lien très étroit avec le calendrier des rituels, l'ensemble instrumental de Bayin de Meinung (Sud de Taïwan) a su conserver sa forme traditionnelle. Il se produit à la demande des familles Hakka des régions de Liudui et joue un rôle important dans le déroulement de nombreuses cérémonies.


• Taiwan
Du 14 au 16 mars 2005

Le miroir aux litchis

> danse liyuan et musique nanguan avec l'ensemble Han Tang-Yuefu

Quelques mois après avoir participé, en 1982, à un grand concert de musique nanguan à la Maison des Cultures du Monde à Paris, Chen Mei-o décide de fonder l'Ensemble Han Tang Yuefu dans le dessein d'explorer et de présenter la musique nanguan et de mettre en avant le rôle majeur joué par celle-ci dans l'histoire de la musique classique chinoise. Cette initiative fut couronnée de succès et l'Ensemble Han Tang Yuefu a reçu plusieurs distinctions et prix à Taiwan pour ses enregistrements de musique nanguan, et notamment pour celui de l'intégrale des 64 suites classiques. Régulièrement invité à l'étranger, il s'est distingué sur plusieurs grandes scènes dans le monde, suscitant partout admiration et éloges.


• EXPOSITION
Du 11 mars au 3 avril 2005

Exposition Hanji

> L'art du papier coréen

Le papier coréen ou hanji, tout en velouté et en douceur suave est d'une blancheur « presque comestible ». C'est un papier de mûrier qui est utilisé comme support esthétique pour les calligraphies. Résistant, on le trouve aussi dans les maisons coréennes sous forme de revêtement pour les sols ou comme treillage des portes fenêtres. Le mûrier qui sert à la fabrication du hanji pousse notamment dans la province du Wonju dont le climat doux lui est particulièrement favorable.


• Taiwan
Du 9 au 13 mars 2005

Marionnettes Magiques de Liao Wen-ho

Il y a une quinzaine d'années, alors que je me promenais le soir dans les rues de Kao-hsiung, je vis un attroupement bruyant de rires et d'exclamations. Je m'approchai et découvris un castelet dans lequel s'agitaient des marionnettes hautes en couleur. Des hauts-parleurs diffusaient une musique de variété populaire. Des canons à fumée et des lumières stroboscopiques complétaient le tout.


• EXPOSITION
Du 8 mars au 17 avril 2005
Musée du Montparnasse

Paris-scènes du monde

> du Théâtre des Nations à la Maison des Cultures du Monde

À la fin des années cinquante du siècle dernier et jusqu'en 1968, le Théâtre Sarah Bernhardt, puis celui de l'Odéon, à Paris, accueillent le Théâtre des Nations, manifestation hardie pour l'époque qui permet aux Parisiens de découvrir les multiples facettes de la création dramatique à travers le monde, de voir pour la première fois des mises en scène de Bertolt Brecht, Joan Littlewood, Peter Brook et de bien d'autres théoriciens ou innovateurs du temps de l'aprèsguerre. Mais le Théâtre des Nations se donne également l'ambition de faire connaître l'Opéra de Pékin, le No, le Kabuki, le Vaudou d'Haïti, les sorties de masques des Dogons du Mali, les danses de cour du Dahomey, devenu Bénin, en présence du roi Béhanzin et de ses quarante épouses et de nombreuses autres merveilles. La parole manque pour évoquer tous ces sujets de stupéfaction ! Cependant, un homme silencieux observe cette dizaine d'années de révélations. Roger Pic fixe sur sa pellicule les innombrables visions de grâce. Ses photos devenues célèbres constituent aujourd'hui, dans bien des cas, des documents historiques.


Pages