Vous êtes ici

Festival de l'imaginaire

Scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain et à leurs formes d’expression les moins connues ou les plus rares

Le Festival de l’Imaginaire invite de jeunes créateurs et de grands maîtres dans les domaines de la musique, de la danse, du théâtre et des performances rituelles. Ne se limitant pas à un panorama des formes dites "traditionnelles", il s’intéresse aussi aux formes contemporaines dès lors qu’elles s’enracinent dans l’imaginaire d’un peuple et d’une société et ne sont pas calquées sur les modèles occidentaux. Chaque année, de nombreux lieux à Paris et en Ile-de-France accueillent les spectacles, concerts, performances et rituels du Festival : Théâtre du Soleil, Musée du Louvre, musée du quai Branly, Institut du Monde Arabe, Musée Guimet, Opéra Bastille, Théâtre de la Ville, Théâtre Équestre Zingaro, 104, Maison des métallos... Ainsi qu'en région : Opéra de Lyon, Théâtre de Vitré, Opéra de Lille, Trident de Cherbourg, l'Encre à Cayenne (Guyane française), les Dominicains de Haute-Alsace...

21ème Festival de l'Imaginaire
27 septembre 2017 > 22 décembre 2017

 

Vous pouvez consulter la brochure du festival mais également la télécharger ici.

Pour acheter vos billets par correspondance, téléchargez, imprimez puis complétez le BULLETIN DE LOCATION.


 

 

 

 

 

Consultez, ci-dessous, la programmation et les archives du Festival jusqu'en 2002.
Les manifestations sont classées par ordre déchronologique.

• Syrie
Vendredi 12 mars 2010

Trois virtuoses des luths

> Avec Kinan Adnawi, Mohammed Osman et Ibrahim Keivo

L’image du luth dans la musique arabe est généralement celle du ‘ûd, le luth à manche court qui donna son nom à notre luth occidental et qui, voici longtemps déjà, supplanta dans la musique savante le tanbur à manche long que seuls les Ottomans ont conservé. D’autres luths ont cependant marqué l’histoire musicale de cette région et l’on peut encore entendre dans le nord de la Syrie résonner le timbre cristallin du buzuq ou les octaves généreuses du baghlama.


• Inde
11 - 14 mars 2010

Krishnanattam

> Théâtre rituel du Kerala

Le krishnattam ou krishnanattam – selon la transcription phonétique du sanscrit – une forme spectaculaire rituelle, gardant valeur d’offrande, dans le temple de Guruvayur, au Kerala, se traduirait par « le jeu de Krishna ». Le personnage central, Krishna, un avatar du dieu Vishnu, lui même considéré comme une divinité primordiale, s’exprime par la musique, le chant, la danse et des gestes d’une grande élégance. Entouré par ses comparses humains, animaux ou monstres, il réactive son mythe – de la naissance jusqu’à son ascension au ciel – au cours de chacune des huit nuits successives, qui constituent la geste.



Pages