Vous êtes ici

• Journée d'étude

16e Journée du patrimoine culturel immatériel

> Musique : patrimoine immatériel ?

Vendredi 15 novembre 2019
Musée du quai Branly - Jacques Chirac - Salle de cinéma

Partager

16e Journée du patrimoine culturel immatériel - Musique : patrimoine immatériel ? 

Résumé

Créée en 2004 par la Maison des Cultures du Monde, quelques mois après l’adoption par l’Unesco de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003), la Journée du patrimoine culturel immatériel a été reconduite chaque année sur un thème différent. Cette édition interrogera la patrimonialisation de la musique et ses effets, à travers un retour réflexif sur le numéro 8 de la revue Transposition (EHESS- Philharmonie de Paris) coordonné par Elsa Broclain (EHESS), Benoît Haug (IHRIM) et Pénélope Patrix (Université de Lisbonne), intitulé « Musique : patrimoine immatériel ? / Music: Intangible Heritage?  »Elle ouvrira le week-end festif au musée du quai Branly-Jacques Chirac autour du fandango de la région du Sotavento, au Mexique, avec Joel Cruz Castellanos et son ensemble qui clôtureront la journée en musique.

Près des deux tiers des éléments inscrits en 2018 sur les listes du PCI présentent une composante musicale notable. L’As-Samer, pratique dansée et chantée de Jordanie, et le reggae de Jamaïque y figurent désormais aux côtés du séga tambour de Rodrigues, du tango du Rio de la Plata, ou du fest-noz breton, soit au total, plus de 300 pratiques où la musique, souvent articulée à des fêtes, danses, rituels, poésies ou savoir-faire, joue un rôle important. Les candidatures affluent depuis l’entrée en vigueur en 2006 de la Convention, qui a institué un nouveau paradigme patrimonial fondé sur la participation des communautés et la sauvegarde de pratiques vivantesplutôt que sur une gestion par les experts de la préservation de monuments et d’artefacts. Ce paradigme aurait infiltré les mondes de la musique, bien au-delà du giron des Nations Unies, qu’ils soient professionnels ou amateurs, locaux ou transnationaux, générant une diversité de modes d’appropriation et de contestation. L’hypothèse selon laquelle le PCI serait désormais l’un des principaux leviers de patrimonialisation de la musique à l’échelle mondiale enjoint à se pencher sur ce phénomène avec une certaine urgence. En partant d’un double questionnement : ce que la musique fait au PCI /ce que le PCI fait à la musique, il s’agira d’interroger les effets de cette nouvelle donne et les manières dont celle-ci est appréhendée non seulement par les musicien·ne·s et les communautés concernées, mais aussi par un large spectre d’acteur·trice·s et d’institutions politiques, musicales et artistiques.

 

Programme (sous réserve de modifications)

Matinée

  • 9h15 Accueil café

  • 9h45 Ouverture 

Philippe CHARLIER, directeur du département de la Recherche et de l’Enseignement au musée du Quai Branly-Jacques Chirac, et Séverine CACHAT, directrice de la Maison des Cultures du Monde – Centre français du patrimoine culturel immatériel

 

  • 10h Introduction 

Elsa BROCLAIN, Benoît HAUG, Pénélope PATRIX, « Musique : patrimoine immatériel ? / Music: Intangible Heritage? Retour sur le n° 8 (octobre 2019) de la revue Transposition »

 

  • 10h30 Table ronde 1 : Engagements de chercheur·e·s et de musicien·ne·s dans la fabrique du patrimoine culturel immatériel

- Arnauld CHANDIVERT et Hervé PARENT, auteurs de : « Les communautés patrimoniales, pratiques musicales et enjeux de reconnaissance. Le cas de la rumba catalane » (Espagne/France)

- Maria José BARRIGA, co-autrice de : « “Le patrimoine c’est nous !” Voix plurielles autour du cante alentejano » (Portugal)

- Jean-François VROD, violoniste, autour de la conférence-concert « L’après-coup » (La Soustraction des fleurs & Cyril Isnart, 2019) 

 

  • 12h Déjeuner

Après-midi  

  • 13h30 Projection-débat : Le gwoka à l’Unesco. Les enjeux politiques de la reconnaissance patrimoniale

Projection du documentaire de Philippe MUGERIN, Gwoka-la Linèsko, jou mèkrédi-lasa (2015, 41’), en présence du réalisateur  
Suivie d’un débat avec :
Florabelle SPIELMANN, Dominique CYRILLE, autrices de : « La notion de patrimoine immatériel comme outil de contournement de l’État : enjeux et ambiguïtés de la fabrique patrimoniale du gwoka en Guadeloupe »
et Pierre-Eugène SITCHET, auteur d’un entretien avec Gabriel Mugerin, Patrick Solvet et Rosan Monza, membres du centre Rèpriz, à propos de l’après-inscription du gwoka.

 

  • 15h Pause café  

  • 15h30 Table ronde 2 : Music as Heritage. Beyond Intangible Cultural Heritage 

- Juan-David MONTOYA, auteur de : « Champeta’s Heritage: Diasporic Music and Racial Struggle in the Colombian Caribbean » (Colombie)

- Lúcia CAMPOS, autrice de : « Le fleuve qui fait résonner le son du tambour : musique et patrimonialisation de la folia de reis au Minas Gerais (Brésil) »

- Rob CASEY, auteur de : « Aisteach: Jennifer Walshe, Heritage, and the Invention of the Irish Avant-Garde » (Irlande)

 

  • 17h Fandango du sud du Veracruz (Mexique) 

Échanges avec Charlotte ESPIEUSSAS et Joel CRUZ CASTELLANOS suivis d'une démonstration

 

  • 17h30 Synthèse et clôture de la journée

Infos pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Date : vendredi 15 novembre de 9h15 à 18h
Lieu : Musée du quai Branly - Jacques Chirac - Salle de cinéma (75007 Paris)
+ télécharger le programme en PDF du vendredi 15 novembre

Un événement organisé en co-production avec le musée du quai Branly - Jacques Chirac à l'occasion de la parution du numéro 8 de la revue Transposition.
Logo FI
 
Photo : © Laurent Bompuis