Vous êtes ici

• Carte blanche à Waed Bouhassoun

CHANTS DES DJEBELS SYRIENS & DES TROUBADOURS D'ARMÉNIE

> Mona Issa, Bashar Abu Hamdan, Ensemble Goussan

Samedi 15 octobre 2016 à 20h
Institut du Monde Arabe

Partager

CHANTS DES DJEBELS SYRIENS

Première partie - durée 30 mn

Bashar Abu Hamdan, chant et vièle rebab
Mona Issa, chant
Maamoun Rahal, cithare qanun

   
Le joueur de rebab Bashar Abu Hamdan vient de Soueida, dans le Djebel Druze. Enfant, il accompagnait son père aux soirées de poésie, fréquentes dans cette région située aux portes du désert de Syrie et où les bédouins perpétuent depuis des siècles la poésie arabe improvisée.
Bashar Abu Hamdan a commencé à apprendre par coeur les poèmes de ces soirées tout en économisant sur son argent de poche pour s’acheter un rebab. Il a ensuite appris à en jouer avec un joueur de rebab réputé, Abou Hassan Yousef. Depuis, il ne cesse de recueillir, d’apprendre et de chanter cette poésie originaire du Najd et qui s’est répandue par transmission orale à travers toute la péninsule arabique. Il en est aujourd’hui l’un des plus éminents interprètes.

 

À l’ouest de la Syrie, la poésie chantée prend une autre forme, celle des montagnes boisées et verdoyantes du Djebel Ansariyeh. Mona Issa est née à Al Qamuhiyeh, non loin du château de Saladin. Sa mère a une belle voix, très appréciée dans la famille, et Mona a appris à chanter en l’écoutant et en se faisant accompagner par son frère et par son oncle, l’un au oud et l’autre au nay. Mona Issa a aujourd’hui 19 ans, elle étudie la littérature arabe et chante pour le plaisir, mais elle est déjà connue dans sa région pour la splendeur de sa voix et son interprétation à la fois retenue et émouvante du répertoire de son village.

 

Elle est accompagnée à la cithare qanun par Maamoun Rahal. Né à Lattaquié dans une famille d’amateurs de musique et de poésie, il a commencé dès l’âge de quinze ans à donner des concerts avec ses frères. Il est également percussionniste, compositeur, facteur d’instruments et il enseigne à la faculté de musique de Homs.

Waed Bouhassoun

CHANTS DES TROUBADOURS D’ARMÉNIE

Deuxième partie : durée 60 mn

Ensemble Goussan :
Aram Movsisyan
, chant et tambour dap
Gaguik Mouradian, vièle kamantcha
Haïg Sarikouyoumdjian, hautbois duduk et flûte blul
Aleksandr Sahakyan, luth târ
    
Située au carrefour des grandes civilisations du Moyen-Orient, l’Arménie est une terre de montagnes dont les habitants demeurent très attachés à leur culture. Sa langue indo-européenne dotée au Ve siècle d’un alphabet original, son choix du christianisme comme religion d’État en 301, ont été les facteurs déterminants de son histoire. Sur cette terre de passage, où leur présence est attestée depuis des millénaires, les Arméniens ont dû affronter maints envahisseurs. Leur longue et douloureuse histoire s’est construite sur cette résistance obstinée et a nourri l’art des poètes-musiciens, panégyristes, bardes et conteurs. Ces maîtres du verbe, on les appelle d’abord goussan, un terme qui dérive du verbe govel signifiant "faire l’éloge", auquel se substitue au XVIe siècle celui d’ashough, dérivé de l’arabe ‘ishq (amour, passion). L’ashough, c’est celui qui brûle de désir mais que peuvent troubler aussi les questions métaphysiques. Ses poèmes font l’éloge de la bien-aimée, se lamentent sur un amour impossible, et prennent souvent un tour philosophique ou moral. Comme Sayat-Nova il exerce son art auprès d’un prince ou, comme Djivani, dans les cafés. Il est entouré de musiciens jouant du tar, du kamantcha, du santur ou du dap.

 

Le programme de l’ensemble Goussan couvre trois siècles de cet art de troubadours en mettant l’accent sur ses trois plus grandes figures : Sayat-Nova (1712-1795), Djivani (1846-1909) et Shahen (1909-1990). Le premier vécut à la cour de Géorgie : ses mélodies et ses poèmes en arménien, géorgien et azéri, imprégnés d’un amour chimérique pour la soeur du roi, portèrent cet art à son plus haut sommet. Djivani, lui, n’était pas un courtisan. Il vécut près du peuple et ses poèmes composés dans un arménien plus pur abordent des sujets d’actualité comme l’exil et la patrie. Shahen illustre quant à lui une renaissance inspirée de la culture arménienne médiévale qui se traduit d’ailleurs par le retour de l’appellation goussan.

 

L’ensemble Goussan a été fondé par le maître du kamantcha Gaguik Mouradian dans le but de faire connaître l’art des goussan et les chants et danses populaires du haut-plateau arménien. L’esthétique de cet ensemble s’inscrit dans la plus pure tradition arménienne, elle est le fruit d’un travail de recherche permanent sur les répertoires, l’ornementation, l’usage des micro-intervalles, l’improvisation et la qualité du son d’ensemble.

 

Lise Nazarian et Haïg Sarikouyoumdjian

 


" Les événements dramatiques qui sévissent en Syrie ont fait découvrir en France la multiplicité des ethnies qui co-habitent dans cette région. Le Festival de l’Imaginaire m’a invitée l’année dernière à participer à un concert illustrant une partie de cette diversité. Cette année, cette Carte Blanche me permet de prolonger ce panorama, mais il m’est tout de suite apparu qu’il était impossible de couvrir en quelques heures de concert la multiplicité d’expressions musicales qui se côtoient en Syrie et dans le reste du Proche et Moyen-Orient. Aussi ai-je limité mon choix à celles dont je connaissais les interprètes, pour avoir joué avec eux ou parce que des connaissances communes me les avaient fait découvrir. Les artistes que j’ai choisis ont dû, pour certains d’entre eux, quitter leur pays et se réfugier en Europe. Les autres vivent toujours dans leur ville d’origine et ont accepté de venir témoigner de leur art. "

Waed Bouhassoun


Dans le cadre du 20ème Festival de l'Imaginaire


www.festivaldelimaginaire.com

 

 

 

> En savoir plus et réserver <