Vous êtes ici

• Îles Hébrides d'Écosse

PSAUMES ET CHANTS GAÉLIQUES
DE LEWIS

> Congrégation de l'Église Libre de Back, chants liturgiques Mary Smith, chant solo

16 et 17 mars 2004 à 20h30
Maison des Cultures du Monde
101 boulevard Raspail - 75006 Paris

Partager

L’île de Lewis est la plus grande et la plus septentrionale de l’archipel des Hébrides qui contourne la côte occidentale de l’Ecosse. Terre de lande et de légendes, sur cette île à la beauté sauvage et immémoriale l’héritage celte demeure l’essence d’une identité écossaise longtemps persécutée et aujourd’hui en plein renouveau. De nombreuses initiatives œuvrent maintenant à la protection et à la promotion de la langue et des arts gaéliques.

"Lewis, la protestante" est célèbre pour la qualité de ses chanteuses et chanteurs, formés pour la grande majorité d’entre eux sur les bancs de l’Eglise. Les églises presbytériennes sont en effet héritières d’une pratique originale issue de la liturgie calviniste : le chant des psaumes a cappella. Autrefois présente en Angleterre et aux Etats-Unis, elle ne subsiste plus que dans les communautés gaéliques d’Ecosse. Les raisons de cette unique survivance restent obscures. L’isolement géographique et l'importance du chant dans la culture gaélique semblent l’explication la plus raisonnable, mais d’autres hypothèses évoquent des liens culturels forts, antérieurs à la réforme protestante, entre l’Eglise celte et les premières églises chrétiennes d'Orient.

La spécificité de cette psalmodie en gaélique réside dans sa forme responsoriale libre. Un chantre ou precentor entonne chaque verset du psaume qui est ensuite repris par l’ensemble de la congrégation, de façon assez informelle et sur un tempo généralement lent. Le résultat est saisissant : lancinant et envoûtant, le chant s’élève et parcourt, telle une onde libre, l’assemblée des fidèles.

L’église libre de Back est particulièrement réputée pour sa pratique de la psalmodie. La congrégation s'y réunit chaque jeudi et chaque dimanche. Que l’office soit célébré en gaélique ou en anglais, les psaumes sont toujours chantés en gaélique.

Native de Ness, à la pointe nord de Lewis, Mary Smith est considérée comme l’une des meilleures interprètes du chant traditionnel gaélique, qui se pratique toujours a cappella. Alors qu’elle était enseignante itinérante dans les îles de Uist et Eriskay, au sud des Hébrides, elle rencontra les grandes figures du chant traditionnel gaélique. Ainsi s’explique l’étendue exceptionnelle de son répertoire qui rassemble autant les chansons de son île natale que celles des autres îles de l’archipel.

Chants de funérailles ou de travail (comme ceux qui accompagnaient le foulage du tweed), ballades historiques, chansons d’amour : Mary Smith illumine de sa voix cristalline toutes les expressions du répertoire gaélique traditionnel.

Elisabeth Develay

> Tournée
20 mars, Mary Smith à La Mounède, Toulouse